Sport

J.O: une athlète camerounaise volatilisée à Londre

Share Button

Drusille Ngako, gardienne de but amateur de l’équipe olympique féminine du Cameroun, a pris la poudre d’escampette pour une destination inconnue.

Si l’équipe nationale du Cameroun ne brille pas dans le tournoi de football féminin des Jeux olympiques de Londres 2012 (deux lourdes défaites en deux matches), elle fait cependant déjà la Une du registre des faits divers. 22 joueuses de la sélection camerounaise de football féminin étaient parties fin mai de Yaoundé pour un stage d’acclimatation en Ecosse dans la perspective des Jeux olympiques de Londres 2012. Au terme de ce stage, quatre avaient été recalées, dont la gardienne de but Drusille Ngako. Mais, au lieu de les renvoyer au pays comme c’est de coutume, Enow Ngatchou leur entraineur, avait demandé et obtenu du ministre des Sports que les quatre recalées restent dans le groupe pendant le déroulement des Jeux car, expliquait-il, il souhaitait que son groupe demeure soudé jusqu’à la phase finale de la CAN féminine, organisée en Guinée Equatoriale deux mois seulement après les Jeux de Londres. Ainsi, sans faire partie de la liste officielle des 18 Lionnes Indomptables, Ngako séjournait-elle dans le village des Jeux jusqu’à samedi dernier, quand elle a été déclarée disparue.

« Elle serait partie sans mettre personne dans le secret. Celle avec qui elle partageait la chambre dit ignorer où elle se trouve. Elle est sans ses papiers officiels car, tous les passeports et d’autres documents des joueuses qui sont avec nous sont retenus par le staff administratif », affirme à Footafrica365.fr un responsable de la délégation camerounaise. Au sein de la tanière des Lionnes Indomptables, il se raconte que la goalkeeper a fait défection dans l’espoir d’intégrer une équipe professionnelle sur le Vieux Continent. Agée de 25 ans, Drusille Ngako a commencé sa carrière sportive il y a une dizaine d’années à Justice FC de Douala, une équipe de deuxième division. En 2000, elle est transférée à Sawa United Girls de Douala, une équipe de première division. Deux ans plus tard, elle devient sociétaire de Lorema de Yaoundé, un autre club de D1…

Share Button

Comments

comments

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

populaire

To Top