RDC

Le président du Sénat congolais a été molesté à la gare du Nord de Paris.

Share Button

Le gouvernement de Kinshasa a accusé dimanche des partisans d’Etienne Tshisekedi

, le principal opposant au président Joseph Kabila, d’avoir agressé le président du Sénat congolais à Paris.

Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé l’agression de Léon Kengo wa Dondo, 76 ans, samedi vers 18h00 à la gare du Nord, en provenance de Bruxelles.

Le président du sénat « a été agressé par les bandes de ceux qui s’appellent les ‘combattants’ proches d’Etienne Tshisekedi », a déclaré le porte-parole du gouvernement congolais, faisant référence aux partisans de l’opposant qui s’est proclamé « président élu » de RDC après le scrutin contesté du 28 novembre.

Selon une source proche de l’enquête à Paris, M. Kengo est arrivé en train depuis Bruxelles à Paris, gare du Nord à 18h00, où une voiture avec un chauffeur l’attendait. Alors qu’il pénétrait dans le véhicule, il a été frappé par des hommes pouvant être des compatriotes.

Selon les premières informations de Kinshasa, M. Kengo « aurait eu des dents arrachées, il a été piétiné, roulé à terre » et a été hospitalisé près de la gare du Nord, dans le nord de Paris.

La voiture, avec à bord M. Kengo, a pu démarrer, mais a été bloquée dans des embouteillages et à nouveau cernée. La police, appelée, est intervenue pour mettre fin à l’agression et le chauffeur a ensuite conduit son passager dans un hôpital parisien, selon une source proche de l’enquête.

« Nous déplorons l’agression dont a été victime M. Léon Kengo Wa Dondo », a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, soulignant que celui-ci « était en France dans le cadre d’un déplacement privé dont les autorités françaises n’avaient pas été informées ».

Une enquête est en cours.

(afp, belga)

Share Button

Comments

comments

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

populaire

To Top