Belgique

Ebale Zam et la troupe « Nyanga zam »présentent : Constellation

Share Button

Comment l’alliage du talent et de générosité enrobée de multiculturalité peut donner naissance à un spectacle d’une rare beauté.

Le spectacle: Tout se passe comme si l’humanité se trouvait à un croisement où elle devrait, soit s’exorciser d’un mal mystérieux, soit se remettre en question en éclaircissant ses croyances via la pratique d’une constellation culturelle.

A notre époque où les rumeurs les plus folles tergiversent à propos de la fin du monde en se basant sur le calendrier maya et autres textes sacrés, nous pouvons constater un engouement généralisé pour l’univers du mystique.

En Occident, certains s’adonnent de plus en plus à des pratiques dites paranormales comme des  rituels chamaniques ou la constellation familiale, thérapie de groupe inspirée de l’éthnie Zoulou sud africaine et nombreux sont ceux qui y croient.

L’Afrique, quant à elle, est un continent alourdi par le paranormal qui occupe une place prépondérante dans la société.

Le 15 Septembre à la venerie de Boistfort à Bruxelles, avant le concert live qui débutera à 21h30, Ebale Zam et sa troupe «  Nyanga Zam » s’exprimeront 1h30 durant au cours d’un spectacle de danse contemporaine éclaboussée d’Afrique.

Une fois de plus, le Danseur chorégraphe et chanteur Zam flirte avec la limite de l’esprit conventionnel. En 2009 déjà, l’artiste belgo camerounais créait la sensation et dansait nu lors d’un spectacle inoubliable en compagnie de Nicoletta Branchini, pure produit d’une des plus grandes écoles de danse belge.

Constellation met en scène les danseurs de Nyanga Zam et 4 Danseurs venus du Burkina pour finaliser une aventure internationale de 13 mois.

 

Ebale Zam : Ce travail est une émulsion qui nait comme un bébé avec ses critères et son caractère ; je n’essaie pas de maquiller les choses, je les mets à nu !

 

 

Traoré Mariam, danseuse burkinabée « c’est mon deuxième voyage en Europe dans le cadre du spectacle. Cette fois ci, j’ai appris énormément de choses. Zam a une technique propre à lui qu’il sait transmettre et te permet le dépassement de soi. Il donne envie de poursuivre une carrière internationale et je donnerai tout pour y arriver. »

Koudogbo Kiki Jean Robert, danseur burkinabé : «Je suis content d’être ici dans le cadre de ce projet ; j’ai travaillé avec pas mal de chorégraphes, on ne cesse jamais d’apprendre. Zam est très ouvert, il nous apprend à être conscients du mouvement tout en gardant un relâchement. Ca promet pour le 15. »

 

 

Mahamady Dabré, danseur burkinabé : « Cette expérience n’est pas donnée à tout le monde, c’est génial de s’exprimer devant un public multiculturel. Le projet « Regards partagés » est une occasion pour nous d’apprendre plus, et d’autre part de créer des ponts interculturels. C’est un plaisir.

 

 

Marius Sawadogo, danseur burkinabé : « En Afrique, seul certains connaisseurs valorisent notre métier. C’est un challenge Pour nous de faire reconnaitre cette activité comme métier à part entière. Merci à toutes les entités qui ont contribuées à la réalisation de ce projet.

 

 

Vanessa, Danseuse belge de la troupe Nyanga Zam depuis 5 ans. Ce fut au-delà d’une simple danse, une rencontre spirituelle. C’est un métier que je considère comme une lumière et je vais vers la lumière.

Marcia Marisa, Danseuse de Nyanga Zam.

« Regards partagés » : Le projet

Dans le cadre du deuxième soutien triennal qu’elle a reçu de Wallonie Bruxelles International, la Compagnie Nyanga Zam (Belgique) s’est associée au Centre de Développement Chorégraphique La Termitière (CDC) de Ouagadougou (Burkina Faso) pour lancer le projet « Regards partagés ».

Projet de coopération Nord-Sud, le projet « Regards partagés » est destiné à créer un pont interculturel entre la Belgique et le Burkina Faso, dans le domaine de la chorégraphie soulignant la vision africaine de la danse contemporaine complétée par l’apport des danseurs de la compagnie Nyanga Zam vivant en Belgique.

En collaboration avec la Venerie de Boistfort et l’ambassade du Burkina faso

Tout ceci rentre dans le cadre de collaboration entre La Vénerie qui a une tradition d’inter culturalité et Nyanga Zam. L’idée ici est de travailler avec la jeunesse locale afin de déjouer les clichés possibles sur la danse en Afrique. Une représentation publique du Work in progress « Constellation » et d’un concert avec plusieurs invités dans le cadre du lancement de la saison de La Vénerie 2012-2013 seront proposés, en collaboration avec l’Ambassade du Burkina Faso.

Qui est Ebale Zam

Zam est née en Afrique Equatorial au cœur de la forêt, où ethnie Bulu fang et  pygmée se côtoient.  Il grandit dans une ambiance baignée par le chant et la danse, sa grand-mère et sa mère sont danseuse et chanteuses traditionnelles.
Zam a une carrière de danseur et chorégraphe au Cameroun, mais parallèlement il se forme au chant, d’abord le chant pop blues, chant du monde et fusion au Cameroun, puis au chant classique en Belgique.

Plus d’info sur

constellation.nyangazam.be

brukmer-event

 

Réservation par téléphone: 02 672 14 38

Share Button

Comments

comments

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

populaire

To Top