litterature

Eric Mendi décrit la chute de la littérature française et l’anomalie du prix Goncourt

Share Button

La littérature et notamment le roman français s’est inscrit à l’école de l’Amérique, plus vendeuse, plus rentable…

Il est assez rare qu’un écrivain africain porte un jugement sur l’évolution contemporaine de la littérature française. En général, ils (les écrivains africains) donnent plutôt l’impression de ne pas s’y intéresser vraiment, plus occupés peut-être qu’ils sont à écrire la leur, de littérature africaine. Ce questionnement d’Eric Mendi sur les nouvelles tendances de la littérature française et du roman français en l’occurrence ne pouvait donc pas passer inaperçu.

Même si l’article n’est pas spécialement consacré à une étude de la littérature française en tant que tel, (on dira que c’est plutôt une invitation à découvrir le mythe du chasseur dédoublé des forêts africaines, en rapport avec le thème central de L’Anomalie, le livre prix Goncourt d’Hervé Le Tellier), la problématique du roman français posée dans la première partie de sa chronique dénote toutefois une certaine pertinence, il faut bien le reconnaître.

Eric Mendi pense que la littérature française, et notamment le roman français est sujet, subit et peut-être semble se complaire à l’influence des auteurs et même du cinéma américains. Le risque, bien évidemment, c’est qu’à long ou moyen terme, « la French touch en littérature, les bonnes petites histoires tranquilles, à la sauce française », cèdent de plus en plus le pas devant la montée en flèche de « l’américanisation », et finissent définitivement dans la bibliothèque du grenier.

Il semble révolu, le temps où des auteurs anglo-saxons sans le sou, comme Henry Miller ou encore George Orwell, étaient prêts à tout pour venir se payer un petit « pèlerinage » à Paris, afin de s’imprégner de la magie littéraire française, respirer le même air que Camus, Sartre ou le mystérieux Émile Ajar. La tendance semble s’être inversée. On dirait qu’aujourd’hui, la littérature et notamment le roman français s’est inscrit à l’école de l’Amérique.

La chronique d’Eric Mendi paraît à ce sujet intéressante à juste titre. En voici un petit extrait assez explicite, en attendant de pouvoir découvrir le texte dans son intégralité :

« il y a de plus en plus comme une américanisation de la littérature française. […] On a l’impression (n’est-ce pas ?) en lisant certains romans français de notre époque, qu’on est en train de lire une traduction américaine, ou alors un roman-film que l’auteur aurait écrit avec l’espoir, le rêve de le voir adapté à Hollywood. […] C’est de ces romans qu’on dirait en partie thriller, dans le rayon de John Grisham, avec des airs de Déjà-vu, façon Tony Scott, et parfois un zeste d’Halloween, du sang, de la boucherie pour ravir quelques clients au King stéphanois. »

Eric Mendi a peut-être trouvé le mot juste, ce doit être beaucoup plus une affaire de « clients ». Le roman américain est plus vendeur, plus rentable, en somme. N’en déplaise aux puristes, les éditeurs sont partants, il faut bien faire tourner la maison. Il se pourrait que nous soyons là à la croisée des chemins : pourquoi continuer à faire du cousu main quand on peut produire et vendre en quantité industrielle ? L’image, le jargon financier parait ici on ne peut plus idoine. Alors on dira que c’est une option raisonnable et réaliste, de se faire de l’argent en servant aux « clients » ce qu’ils demandent (et redemandent). Chacun trouve son compte. Les sacro-saints prix littéraires n’auront pas d’autre choix que de s’arrimer à la tendance. C’est le cas de le dire.

La version intégrale de l’article d’Eric Mendi est disponible sur Internet, sous le titre : « Prix Goncourt ça m’intéresse : Hé ! Le Tellier, regarde mon Anomalie-challenge ».

Correspondance : Palabre Intellectuelle

Share Button

Comments

comments

Eric Mendi décrit la chute de la littérature française et l’anomalie du prix Goncourt
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

populaire

To Top