Afrique

Les journées de l’Afrique 2016; une pâle copie des précédentes

les journées de l'afrique à bruxelles
Share Button

Après 5 éditions des journées de l’Afrique, aucun document écrit, aucun manifeste n’a vu le jour et aucune revendication non plus.

Annoncée en grande pompe comme la journée de tous les bilans, d’échanges et de débats dédiée aux diasporas d’Afrique sub-sahariennes de Belgique, le Parti socialiste a fait fausse route samedi dernier dans l’organisation de cette cinquième édition. Une odeur « d’inutile » flotte  encore sur cette édition 2016 qui a vu battre son record de non-participation.  En effet, jamais il n’y avait eu aussi peu de monde lors de ces journées. Difficile dès lors d’identifier les raisons de ces désertions,  entre signaux de lassitude et défauts de communication…

les journées de l'afrique à bruxelles

Selon les organisateurs, cette journée visait deux objectifs: Évaluer aux côtés des élus, les avancées depuis les engagements pris durant les quatre premières éditions et récolter comme il est de coutume, de nouveaux avis, demandes et recommandations. Mis à part la dite création imminente d’une maison de l’Afrique, on a assisté à des échanges redondants au sein des ateliers. Beaucoup de sympathie, de discussions amicales, et très peu de mesures concrètes. Aucun Bilan en bonne et due forme n’a été présenté. Trois ateliers de discussions qui ont donnés naissance à une souris. On note l’absence d’une séance  plénière qui aurait permis au public de prendre connaissance des recommandations issues de ces divers ateliers. La journée s’est achevée en queue de poisson dans un vacarme de brocante.

Une bonne franche du public afro-belge présente a exprimé sa déception quant à l’organisation de cette journée ainsi que le manque flagrant de sérieux. Si on peut louer la présence et la volonté manifeste des personnalités politiques telles-que Fadila Laanan, Laurette Onkelinx, Maria Arena, Bea Diallo ou encore Colette Njomgang, il est légitime de décrier l’absence d’élus d’origines subsahariennes dans le rôle d’intervenants au sein des ateliers.

A quand la fin du ridiculement festif?

Cette question récurrente au sein de la nouvelle génération afropéenne semble n’avoir pas encore trouvé écho favorable. Pourquoi diable s’obstine t-on à lier tout mouvement africain ou dédié à ceux-ci à un environnement festif? qu’y a-t-il de maladroit à se passer des bananes plantains et de djembé à l’heure où le chômage des jeunes afro-belges sévit en masse? à l’heure où les discriminations au logement et à l’emploi atteignent des sommets? y a t-il vraiment de quoi faire la fête quand les frais complémentaires d’inscription pour étudiants étrangers viennent de passer du simple au double?  Il serait injuste d’épargner certaines de ces associations africaines en manque d’inventivité et de sérieux. Si non, comment admettre que dans un « village associatif » il ne soit proposé que nourriture et danse?

Il est également triste de constater qu’après 5 éditions des journées de l’Afrique, aucun document écrit, aucun manifeste n’aie vu le jour et aucune revendication non plus n’aie été émise. Il n’est donc pas vile d’espérer ou d’attendre un sursaut positif des différentes parties concernées.

Share Button

Comments

comments

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Maria Arena; Bilan et nouveautés pour les Journées de l’Afrique 2017 du PS | Brukmer

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

populaire

To Top